Get Adobe Flash player

Login / Register

mout_eject_right_anim.gif

Search the site !

On line

We have 93 guests and no members online

Visitors


Today: 3
Yesterday: 14
This Week: 44
Last Week: 96
This Month: 3
Last Month: 646
Total: 276503

AcyMailing Module

captcha

Register on the Site to get full access to its contents (audio and video archives) and to receive the monthly Newsletter!


Please, never publish mp3 and videos of the site on YouTube or the like

 

mout_tirelagueulePalindrome: "A word or phrase that reads the same backward as forward".

Here is a list, found more than ten years ago, on the web. Sorry, I don't recall the source and its authors.

 

A car a man a maraca 
An era came: MACARENA!
A Toyota.
A Toyota's a Toyota.
A dog! A panic in a pagoda!
A dog, a plan, a canal: pagoda!
A man, a plan, a cat, a canal; Panama?
A man, a plan, a cat, a ham, a yak, a yam, a hat, a canal--Panama!
A "No" if Tony, not Fiona.
"Asi, Buenos Dias!" said Son Eubisa.
A slut nixes sex in Tulsa.
A tin mug for a jar of gum, Nita?
Able was I ere I saw Elba
Address of Emil Otto Lime: Fosse Rd., DA.
Aim a Toyota tatami mat at a Toyota, Mia.
Al lets Della call Ed Stella.
Anna: "Did Otto peep?" Otto: "Did Anna?"
Anne, I vote more cars race Rome to Vienna.
As simple help, Miss sold loss. Simple help, Miss A.
Cigar? Toss it in a can. It is so tragic.
City Road, a' 'ory tic
Dee saw a seed.
Deer gasp, "Ah! Repel tots, Ira!" Aristotle perhaps agreed.
Degas, are we not drawn onward, we freer few, drawn onward to new eras aged?
Del saw a sled.
Delia saw I was ailed.
Dennis and Edna sinned.
Dennis sinned.
Dennis, Nell, Edna, Leon, Nedra, Anita, Rolf, Nora, Alice, Carol, Leo, Jane, Reed, Dena, Dale, Basil, Rae, Penny, Lana, Dave, Denny, Lena, Ida, Bernadette, Ben, Ray, Lila, Nina, Jo, Ira, Mara, Sara, Mario, Jan, Ina, Lily, Arne, Bette, Dan, Reba, Diane, Lynn, Ed, Eva, Dana, Lynne, Pearl, Isabel, Ada, Ned, Dee, Rena, Joel, Lora, Cecil, Aaron, Flora, Tina, Arden, Noel and Ellen Sinned.
Devil lived<
Devil Natasha, ah, Satan lived.
Did Eve salt an atlas? Eve did.
>Did I draw Della too tall, Edward? I did?
Did Hannah say as Hannah did?
Did I strap red nude, red rump, also slap murdered underparts? I did!
Do God!
Do geese see God?
Doc, note: I dissent. A fast never prevents a fatness. I diet on cod.
Dot saw I was Tod.
Dot sees Tod.
Dr. Lime, 121 Emil Rd.
Drat Saddam mad dastard.
Draw, O Caeser, erase a coward.
Ed is on no side.
Egad! A base tone denotes a bad age.
Egad, a base life defiles a bad age.
Egad alas a salad age!
Emil saw a slime.
Emil's Nip eels sleep in slime!
Enid and Edna dine.
Eros' sis is sore.
Eros? Sidney, my end is sore!
Evil I did dwell; lewd did I live.
Flee! Baby peels a birch crib, a sleepy babe-elf.
Fool! A dog lives sad a boxer, Rex. O bad ass evil god aloof!
Garret, I ogle. Enemy democrats party; trap star comedy men, eel goiter rag.
Gateman sees name, garageman sees name tag<
Gateman's nametag.
Go deliver a dare, vile dog.
Go do, dog.
Go, dog!<
Go hang a salami, I'm a lasagna hog.
God saw I was dog!
God, a saw was a dog!
Golf? No sir, prefer prison flog.
He can go choose. No llama! I am all one? So... Oh, Cognac, eh?
He goddam mad dog, eh?
He harasses Sarah, eh?
He lived as a devil, eh?<
He stops spots, eh?
He won a Toyota now, eh?
He won snow, eh?
He won't, ah, wander, Edna. What now, eh?
Here we no got conical ill lilac in octogon ewer, eh?
I met System I.
I prevent U-boats, tar, evil live rats, Tao but never pi.
I roamed under it as a tired nude Maori.
I roamed under rats as a starred, nude Maori.
I won, Karen, an era know I.
I, man, am regal; a German am I.
Kay, a red nude, peeped under a yak.
Laid on no dial.
Laminar animal
Lee had a heel.
Lem saw I was Mel.
Lepers repel.
Level? No, I tan, I'm at no contamination level.
Lew, Otto has a hot towel.
Lewd I did live, & evil did I dwel
Lisa Bonet ate no basil
Live dirt up a side track carted is a putrid evil.
Live evil.
Llama mall<
Loaded net ended AOL
Lonely Tylenol.
Madam I'm Adam
Madam in Eden, I'm Adam.
Ma handed Edna ham.
Ma has a ham.
Ma is a nun, as I am.
Ma is as selfless as I am.
Marge lets Norah see Sharon's telegram.
May a moody baby doom a yam?
May rot or rack carrot or yam.
Murder for a jar of red rum.
Name no one man.
Named undenominationally rebel, I rile Beryl? La, no! I tan. I'm, O Ned, nude man.
Naomi, did I moan?<
Never even.
Never odd or even.
Niagara, O roar again!
"Naomi, sex at noon taxes," I moan.
"Naomi," I Moan.
No "x" in "Mr. R. M. Nixon"?
No evil shah lives on.
No gnu have never after fret far, even Eva hung on.
No lemons, no melon.
No pinot noir on Orion to nip on.
No, I met System Ion.
No, it is opposition.
No miss, it is simon
No pack, cap on.
No, she stops spots, eh, son?
Norma is as selfless as I am, Ron.
Not so, Boston.
Now I see bees I won.
Now, Ned, I am a maiden nun; Ned, I am a maiden won.
'Nuf fun
Nurse, I spy gupsies, run!
O geon, no ego!
Oh, who was it I saw? Oh, who?
O, memsahib Bart, rabbi has memo.
O, no!
O, stone, be not so.
Old? Lo!
Paget saw an Irish tooth, Sir, in a waste gap.
Peel Sam asleep.
Poor Dan is in a droop.
Pot? No! I saw DNA and was I on top!
Pull up if I pull up.
Pull up, Eva! We're here! Wave! Pull up!
Rajah Plasma? Damn it, Sebastion, no! It's a best in Madam's alpha jar.
Rats drown in WordStar.
Rats live on no evil star.
Red dude kill lion. No ill-liked udder.
Red rum, sir, is murder.
Redivider
Red, now I massage Karen. Slip elastic I tore but a short sliver of gum! Mug? For evil Stroh's... A tub erotic! It's ale, Pilsner, a keg!!! As Sam, I wonder...
Redraw a warder.
Regal lager.
Remarkable was I, ere I saw Elba Kramer.
Revenge Meg? Never!
Rise to vote, sir.
Salamander a ton now. Raw war won not, a Red Nam, alas.
Satan, oscillate my metallic sonatas.
Sell a rebus uber alles
Semi limes
Senile felines.
Sex at noon taxes
Sir, I'm Iris.
Sit on a potato pan Otis!
Slap a ham on Omaha, pals!
Sleep not on peels.
Sleep on no peels.
Snub Sununu's buns
So regards Rat's Lib: regrets no more hero monster gerbil stars' drag Eros.
So return in rut, Eros.
Star comedy: Democrats!
Step on no pets.
Steven, I left an oily lion at feline vets.
Steven, I left a lion in oil at feline vets.
Stop spots.
Stop, Syrian! I start at rats in airy spots.
Stratagem off, O Yale dude; lay off Omega tarts.<
Straw? No, too stupid a fad; I put soot on warts.
Stun nuts.
Sums are not set as a test on Erasmus.
Sup not on pus.
Swen, on gnus, sung no news.
Taft: fat!
T Eliot, top bard, notes putrid tang emanating; is sad. I'd assign it a name: gnat dirt upset on drab pot toilet.
Ten animals I slam in a net.
'Tenor Octopus Night' netted a cadet tenth ginsu pot, coronet.
To Naval Pilot "saw Prattle: Fire ...er I felt tarp was" to lip, lava not
Tons o' snot
Too hot to hoot.
To Peru, named llama mall 'De Manure Pot'.
Top pot.
Top spot.
Top step's pup's pet spot.
To Raisa, did Asia rot?
Trap all afoot; I too fall apart.
Vitaler Nebel mit Sinn ist im Leben relativ.
War sir is raw
Was it a can on a cat I saw?
Was it a cat I saw?
Was it a car or a cat I saw?
Was it a rat I saw?
Was it Eliot's toilet I saw?
We few erase cares, Al; laser aces are we few.
We few.
We repaid a no name Pacific ape man on a diaper, ew!
Wendel's sled: new?
Won. Snow on snow on snow on snow on snow on snow on snow...
Won total, I am a pro. Bali radar I labor. Pa, mail a tot now!
Y'not Ron, nor Tony!
Y'not Tony!
Yo, bad anaconda had no Canada boy.
Yo, boy! Trap gnus, nude. 'Kangaroo Rag' naked unsung party, O boy!
Zeus: "Nile macaroni, Ma, is a nitrate-tart in Asia Minor, a camel in Suez"

Share

Moumoute 80 par Bernard Lortat-Jacob

Quelle surprise en rentrant un peu cassé de Paris, l'autre nuit ... une lettre de l'ami Bernard Lortat-Jacob. J'ouvre, mi-inquiet, me demandant ce que cette missive contenait et là ! paf ! ce n'était pas une lettre piégée - soyez rassuré -  mais  un fabuleux collage que je vous livre, sans aucune pudeur. Il s'agit bien de moi. Je ne savais pas que j'étais aussi célèbre à Rio et qu'on me jouait aux cartes. Heureusement, je ne portais pas de liquette. Mon ego, immédiatement gonflé à bloc eut fait explosé tous les boutons ce qui aurait atténué ma joie. L'Ami a encore frappé. Joint au téléphone dès le lendemain, j'apprends qu'il a un blog -  lortajablog - savant mélange d'érudites infos et de déconne poétique. Lortajablog

Faudra que je veille à surveiller mon poids en veille. Ou que je le veille. Mes poils me tiendront chaud pour l'hiver qui s'annonce rude avec le réchauffement climatique. Quant aux cornes ... Enfin, 1 Moumoute, ça peut se comprendre mais pourquoi 80 ?

Share

— Vous aimez les Fables de la Fontaine ? Vous adorez l'argot ?
Cliquez ce lien pour vous éclater. Un rêve : peut-être allez-vous en apprendre par coeur au moins une par semaine ? en faire un rap ?

La laitière et le pot au lait
Le chêne et le roseau
Les animaux malades de la peste
L'ours et les deux compagnons
Le gland et la citrouille
Le rat des villes et le rat des champs
Le Laboureur et ses Enfants
Le Héron
L'Huitre et les Plaideurs
La Poule aux Oeufs d'or
Le Corbeau et le Renard
Le Loup et la Cigogne
Le Renard et la Cigogne
Le vacher et le garde-chasse

Tree with eyes

Le Chêne et le roseau

Biglant un jour à ses panards,
Qu'un roseau v'nait lui faire la pige,
Le chêne, un fortiche, un mastar
Lui bonit: « P'tit' têt', tu attiges;
Ton gniass' n'aurait pas le culot
De s'aligner avec mécolle;
Mézigue est mailloche et riflot
Tu es loqu'du et tartignolle.
Ne tenant pas sur ses jacquots,
Le moindre zef te balanc'tique.
Qu'un bécan t'agriche, et d'auto
Tu baiss's la tronche et tu chanc'tique.»
D'accord, j'accouche camaro
Qu'un coup de zéphir me dégomme
Mais, je me rebecqu'te aussitôt;
Savoir ce que ferait ta pomme ?
Jusqu'ici tu t'es cru planqué,
C'est pour ça que tu charribottes;
Mais il ne faudrait qu'un louqué,
Pour que tu dingues avec les potes.
Tandis qu'ils discutaient l'bout gras,
Le temps tourna à la godille.
Orage, éclairs, tout radina
Pour leur arnaquer les gambilles.
Mariol et peinard, le roseau
Tourna, vira s'croyant au guinche;
Et s'bidonnant dans son coinstot,
D'gaffer la bouille à son aminche.
Celui-ci mastar mais à cran,
Râlait, gueulait à perdre haleine,
Gambergeant qu'avec ce coup de flan,
Il allait aller à la traine.
Enfin, l'zef radinant du Nord,
Fit tant, avec tout' son équipe,
Que l'chêne dingua dans les décors
D'vant l'roseau qui s'fendait la pipe.
moralité
Costauds, ne crossez pas; le jour où ça cafouille,
Le dernier des miteux vous mettra dans ses fouilles

 

 

Mouse eating cheese

Le rat des villes et le rat des champs

Un rat d'Paname, un soir en douce,
Voulant charrier ses camaros,
Invita le rat des cambrouses,
A becqu'ter chez les aristots.

Tu vas filer l'train à mézigue,
Lui bonit-il, plaquant son trou.
Sans fric, sans lâcher un cigue;
Tu vas pouvoir te taper l'chou.

Et d'auto, voilà nos deux potes,
Dans l'garde-croût' d'un plein aux as,
En train de se remplir la hotte,
Barbaque, fromji et tout l'palass.

Nos rats s'en foutaient plein la lampe,
Quand ils esgourdèrent du bousin,
Acré, acré, faut qu'on décampe,
Ou l'on va dérouiller, frangin.

Nous radinerons en sourdine,
Nib de nib, bava l'petzouillard,
Ma pomme a marr' de tes combines,
En cambrouse, on est plus peinard.

Et, mettant les bouts en vitesse,
Le cambrousard repris son dur,
Laissant son aminche à la r'dresse,
Se serrer l'bide, à lécher les murs.

 

 

Acorn branch

Le gland et la citrouille

Un bon pécor' de la cambrouse,
Voulant piquer un roupillon,
Un jourdé se cloqua en douce
Sur un comaco potiron.
Oh ! bonit-il en vrai pétzouille,
La naturliche a du retard,
D'coller cette mastar' citrouille
A la hauteur de mes panards.
Au lieu d'la laisser à la traîne
A s'faire amocher d'un coup d'flan,
Mézigue l'aurai pendue au chêne,
Dont j'aurai balancé les glands.
Mais voilà, mézigue est mariol,
Et la naturlich' manque de toc;
Tout c'qu'ell' fabrique est tartignolle,
Faudrait chanc'tiquer tout en bloc.
.........................................
Tandis qu'il pétarde et ramène
Sa fraise, en s'arrachant les tifs,
D'un coup d'zef, décarrant du chêne,
Un gland lui dingue sur le pif.
Se filant la pogne aux narines,
Le glaiseux reste tout dingo;
Bafouillant: « dans cette combine,
Mézigue doit s'estimer vergeot.»
La naturlich', quoi qu'on débloque,
Bien gambergé son boulot;
Ceux qui charrient sont des cinoques;
Ce gland vient d' m'ouvrir les callots.
Car je bigle déjà ma bouille,
Comment qu'jaurai été marron;
Si c'avait été la citrouille
Qui m'soit tombée sur l'carafon.
moralité
Ne charriez jamais avec des boniments,
Ça vous retombe un jour sur le coin du tournant.

 

Coquillage

L'huitre et les plaideurs

En virée sur le bord de la Mare aux harengs,
Deux pescadous jactaient en picolant un litre;
Quand leurs chasses, sur le sable, gaffèrent en même temps,
Ballottée par la flotte, la plus bathe des huîtres.
Pour bibi fit le preu, je vais me la taper.
Et moi bava le seu, je becqu'terai des figues;
Minute papillon, il ne faut pas charrier.
J'ai biglé le premier, cette huitre est à mézigue.
Des clous, c'est à bibi. Et comme deux ballots,
Voilà nos deux mirotons qui se cherchent des rognes,
Prêts à se tabasser, riboulant des callots;
Aucun d'eux ne voulant dans l'coup passer la pogne,
Esgourdant leur raffût, arrive un pouilladin,
Courant aux pescadous, au rif il se rencarde.
Au lieu de vous filer la beigne sur le tarin,
Bonissez-moi pourquoi chacun de vous pétarde.
Nous avons, dit le preu, sur le bord du bouillon,
Affurés de cette huître, une vraie bégalade,
Et chacun d'nous voudrait s'la coller dans l'lampion.
Au lieu de la pêter, ou même d'aller au fade,
J'ai trouvé la combin', pour vous filer d'accord;
Répond le pouilladin. Et devant les deux billes,
Il s'envoie l'huître en douce et met les coudes au corps,
Laissant nos chicandiers se taper les coquilles.
moralité
Dans toutes les combin's, y a toujours un coquin:
C'est lui qui se bégale et vous qui fait's tintin.

Chiken and eggs

La poule aux oeufs d'or

Le radin paume tout, en voulant trop palper.
C'est c'que n'avait pas gambergé
Totor le cul-terreux; qui paumait l'carafon
De bigler que sa poul' pondait des oeufs de jonc.
Croyant à sa bestiole un magot dans le bide,
Il la buta, l'ouvrit; Que dalle, elle était vide.
Comm' toutes ses copin's, qui ne rapportaient qu'pouic.
Et v'là notre glaiseux sans bestiole, et sans fric.
.......................................................
Ainsi combinent les petzouilles,
Totor avec sa poule avait le bath filon.
De l'avoir bousillé pour lui faucher son jonc,
Il n'a plus un rond dans les fouilles.

 

 

Jean de la Fontaine

Dumb fox

Les animaux malades de la peste

Ayant gaffé leurs potes dévisser leur billard,
Et clabotter par la pestoche,
Tous les bestiaux du mond' s'étant filés rencard,
Discutaient en s'tapant la cloche.
Je crois, jaspinait le lion, décarrant du désert,
Que l'ciel nous punit d'nos arnaques;
Et que pour nous r'becqu'ter, au lieu d'fric et d'auber
L'un de nous d'vrait payer d'sa barbaque.
Le preu, je suis tout prêt à sacrifier mon lard;
N'ayant pas été des plus chouettes,
En becqu'tant les bêlants, ainsi que les deux clébards,
Que trimbalait la môm' Nénette.
Te buter pour si peu, ton gniasse n'est pas marteau ?
Bava l'renard, un p'tit mariol.
Bêlants, bergères, cabots, ça compte pour ballepeau;
Mézigu' t'en file sa parole.
Et bibi, dit alors un vioc bourriquot,
D'un bout d'champ, j'ai bouffé l'herbouze
M'en fourrant plein l'buffet sans lâcher un pelot;
Ne trouvez-vous pas ça tartouze ?
Si, bavèr'nt tous en choeur les bestiaux réunis;
Tu dois te taper la pilule.
Et sans plus de chichis, l'bourriquot fut occis
Pour avoir été trop régule.
moralité
Les gros ont tout l'affur' «Pognon, perlot, bifteack»
Quant à celui qui trinque, c'est toujours le pauvr' mec.

Bear

L'ours et les deux compagnons

Deux combinards, fauchés à blanc,
Gaffant qu'ils n'avaient p^lus de ronds,
Cavalèr'nt un jour, à la flan,
Baratiner un mironton.
Nous avons, bavèr'nt t-ils, pour te faire un pardingue,
Repéré dans le bled, un ours des plus comacs.
Si tu veux les lâcher, débrider ton morlingue,
Nous t'apportons sa p'lure, et tu nous file un sac.
Gigo, cavalez en vitesse.
A vous mon fric et mes pélots.
Là-d'ssus, v'là nos mecs à la r'dresse
Qui bagot'nt se mettre au boulot.
Arrivés sur le tas, ils zieutent la bestiole,
Qui les gaffe à son tour; assis sur son pétard.
Ils n'os'nt en bonir une, ayant tous deux les grolles,
De se faire arnaquer, comme des dégonflards.
Et, biglant Martin qui radine
De leur côté, d'un même accord
Ayant gambergé la combine;
Chacun pos' sa chique, et fait l'mort.
Ces truands à la manque me prennent pour une gourde,
Bonit l'ours à la page en s'approchant du preu.
Puis, lui ayant jacté quelques mots aux esgourdes,
Il se trique en peinard, loin de nos cafouilleux.
Ceux-ci, encore à moitié dingues,
S'empress'nt de mettre les bouts de bois.
Nib de pognon, nib de pardingue,
Notre ourson ayant eu la loi.
Dis-moi, dis le second, ce que ce vieux duch'noque
A bien pu te baver, avant de se barrer ?
moralité
Que l'on ne doit jamais, à moins d'être sinoque,
Fourguer la p'lure de l'ours avant qu'il soit clamsé.

Flamingo

Le héron

Un jourdé, sur ses quill's avec ses longs panards,
Le héron au long pif, se croyant malabar,
Lézardait au bord de la flotte.
La lance était gironde, on s'y biglait l'portrait,
Et la carpuche y chamboulait
Avec le broch'ton son vieux pote,
Le héron aurait pu se bégaler avec,
Car son estom avait des crampes;
Et qu'il pouvait de rif s'en fourrer plein la lampe,
Au lieu de tomber sur un bec.
Mais, il était cresson et bouffait à ses plombes
Débloquant comme un vrai tordu.
« Il y a bien assez de pescal's dans le jus,
Pour que de brifer je me bombe.»
Une tranche montra sa bouille.
Bon pour les loquedus, bonit-il en loucedé.
Mézigue aime mieux la péter
Que de croquer cette tambouille.
Puis notre cav' vit un goujon.
Du goujon pour ma pomme ? tu charries papillon;
Ce n'est vraiment pas une affure.
Gaffons dans un autre loinqué.
Mais les pescal's s'étaient triqués,
Et notre cafouilleux dut s'mettre la ceinture.
moralité
A vouloir trop faire le poireau
On se tape des bigorneaux.

Red fox

Le renard et la cigogne

Un jourdé le renard voulant s'marrer un coup
Invita la cigogne à v'nir se taper l'chou.
Celle-ci radina, fonça à tout berzingue,
N'étant jamais la der pour la foire et la bringue.
Tu vas dans cinq broquilles pouvoir te bégaler,
Mézigue a préparé une bath' soupette,
Lui bonit le mariol, commençant à charrier
Que nous allons claper dans mon unique assiette.
Coup dur on le gamberge, pour l'oiseau au long pif,
Qui ne put rien becqu'ter et s'arracha les tifs.
Ce tordu, bénit-elle, s'est payé ma terrine,
Je l'aurai au tournant, cherchons une combine.
Gigo ! j'ai gambergé. Cavalant au renard
Pour lui rendre sa croque, ell' lui fila rencard.
Je t'attendrai demain, ne sois pas à la bourre;
Jusqu'en haut du collier, je veux que l'on s'en fourre.
Le lend'main quand midi dringua, ayant les crocs,
Le mariol s'apporta; tout giron, tout riflot.
Veux-tu qu'à la cuistanc' je te prête la pogne ?
Des clous, c'est mon boulot, jaspina la cigogne.
Tu n'as sur un parpaing, qu'à poser ton fougn'dé.
Mais je dois t'affranchir, ce n'est pas du chiqué,
Qu'bibi n'a pas d'assiett's, comme tu peux faire gaffe,
Et que l'on doit, chez moi, bouffer dans la carafe.
N'pouvant y fourrer l'bec, le renard fut marron;
Et dut se r'débiner, l'estom dans les talons.
moralité
D'un copain, évitez d'vous payer la bougie,
Souvent le lendemain, c'est lui qui vous charrie.

Bull by the horns

Le vacher et le garde-chasse

Colin le branquignolle, un jeune et bon pétrousse,
Gardait un jourdé en cambrouse,
Un grand troupeau de lachevées;
Quand radina un autre dingue,
Pourvu d'un clebs et d'un vieux flingue,
Qui biglait dans tous les loinqués;
Pour y dégauchir un civet
A se filer sous les crochets.
Pose les dés, mon pote, lui jaspina Colin;
Tu vas zieuter sur mes bestioles,
Et mézigue avec mes guibolles,
Va s'occuper de ton turbin.
..............................................
Voilà donc Colin le billot,
Qui décarre avec le cabot,
Pour que son aminche un peu cloche,
Se tape un loubem de bidoche.
Soudain, devant ses chass's passe un gib'lot mastar.
Il vise, il tire, et ran, il occis son clébard,
Qui chancetique dans le fossé;
A tout jamais ratatiné.
Pas vergeot, dit Colin, pour un coup je me gourre.
Mais je dois renquiller, je vais être à la bourre.
Son flingue n'ayant plus de pruneaux,
Il radina vers son troupeau.
Celui-ci avait mis les voiles,
Son gardien ronflant aux étoiles.
Colin eut beau gaffer, débrider ses carreaux;
Que dalle, des lachevées il ne restait que peau.
Le pôvre s'arrachant les tifs,
A sa piaule cavala de rif,
Tout débloquer à son daron
Qui le dérouilla d'un marron,
Lui bavant aux esgourdes: « Lorsque l'on est miro,
On se planque dans sa carrée.»
..................................................
moralité
Que chaque mec fasse son boulot
Les lach'vées seront bien gardées.

Jean de la Fontaine

Milker blinking

La laitière et le pot au lait

Coltinant sur sa tronche un grand pot de loloche
Perrette, au marca décarrait;
Pour y fourguer sa came à tous les aristoches;
Et se bourrer les fouill's de fric et de jaunets.
Ell' s'était collée ce jour-là
Jupette olpif et ribouis plats,
Notre mistonne ainsi gandine,
Biglait déjà dans sa bobine,
C' qu'elle pouvait affurer avec tous ces pélots,
Pour pouvoir bluffer tous ces pecqu'nots.
Tout d'abord, bava-t-elle, j'aurai une bagnole,
Avec un mironton qui conduira mécolle;
Un pianomuche et la radio,
Pour pouvoir esgourder Tino.
Des fringues, des bas soie-soie, pour planquer mes guibolles;
Sans oublier quelques bestioles:
« Un gaille, six lachevées, un troupeau de bêlants,
Un lardé comaco, dans les deux ou trois cents,
Pour pouvoir me taper la cloche,
Des couins-couins et des lapinoches» ...
Soudain, sous ses panards, rencontrant un parpaing,
Notr' Perrett' fit un gadin,
Loloch' potich', tout dégringole,
Salut troupeau, radio, bagnole
Chialant le blair dans son tir' jus,
Ell' radina chez son tordu,
Qui gambergeant sa cam' paumée,
D'auto lui fila la torchée.
moralité
Avant d'vouloir charrier les mecs et fair' la bringue,
Il faut d'abord avoir les ronds dans son morlingue.

 

 

Blackbird

Le corbeau et le renard

Corbeau-le-ballotin sur un arbre paumé,
Planquait entre ses crocs un comac frodogome;
Renard-le-combinard qui n'avait pas croqué,
Radina en loucedé pour lui faire à l'estom,
Bavonjavour mon pot'; je n'avais pas gaffé
Que tu étais si bath, et si bien balancé,
Sans attiger, si tes chocottes
Sont kifkif avec ta bouillotte,
Tu es le plus girond des mectons du loinqué ...
A ces vann's, le corbeau se sentit chanc'tiquer;
Et pour mieux faire zieuter ses crocs,
Débrida son bavec, lâchant son calendos.
Le renard le briffa son casquer un rotin,
Jaspinant : « Je t'ai eu avec mon baratin.»
Les marles auront toujours la loi avec les caves;
Ce rencard me vaut bien bien un fromag' têt' de nave.
Le corbeau répondit: « Vieille cloche,
Je m'en tap', ce fromgi avait des astibloches.»
moralité
Chacun dans son loinqué, s'il veut rester peinard,
Doit boucler son clapet, devant les combinards.

 

 

Farmer

Le laboureur et ses enfants

Bossez, turbinez, que ça barde,
C'est le fric qu'il faut affurer.
..............................................
Un pécor' plein aux as, reniflant la camarde,
Agrafa ses moujingu's, leur bonit en loucedé
Fait's gaff' les momignards de n'pas fourguer la tôle
Que nous ont r'filé nos darons.
Les viocs y ont carré des ronds.
Mézigue ignore la planque; mais en étant mariols,
Vous pouvez vous bourrer, dégauchir les rotins.
Chancetiquez votre glaise, collez-vous au turbin,
Zieutez, biglez, fouillez, passez partout la pogne
Et ne vous foutez pas en rogne.
Le pécor' refroidi, l'équipe des mignards
Gambergea que leur dabe leur avait fait un char,
Mais qu'il n'avait pas été gourde
Avant de calencher, d'leur bonir aux esgourdes
Qu'en s'les roulant, on n'a pas l'rond,
Et que l'boulot c'est du pognon.

 

 

Wolf

Le loup et la cigogne

Un loup, pour se taper la cloche,
Avait dégauchi deux gigots,
Quand il eut bouffé leur bidoche,
Il voulut se taper les os.
L'un deux, plus mastar que ses potes,
Lui resta au fond du collier, Où, malgré ses grandes chocottes,
Il ne put le fair' débiner. Voyant radiner la cigogne,
Il lui bava, faisant l'bon mec:
« Voudrais-tu me prêter la pogne,
Pour me virer c'que j'ai dans l'bec ? »
Dac-dac; laisse opérer mécolle.
Et de rif, faisant gaffe aux crocs,
La cigogne allongeant son col,
Lui sortit l'oss'let du gaviot.
Et maintenant, lui bonit-elle,
Tu vas me raquer mon boulot.
Te raquer, tu charries ma belle,
Me prendrais-tu pour un billot ?
Au lieu de ram'ner ta bouillotte,
Tu ferais bien mieux de calter;
Et surtout, t'estimer vergeotte,
Que mézigu' ne t'aies pas becqu'té.
moralité
Prêtez la pogne à vos poteaux,

 

 

Lion

Le lion et le rat

Il ne faut aux copains jamais chercher des rognes;
De s' les rouler peinard, aucun mecton n'est sûr,
On a souvent besoin au milieu des coups durs,
D'un plus miteux que soi pour vous prêter la pogne.
...................................................
Dans les panards d'un lion comac,
Un rat des plus miros démurgea de sa planque
Le caïd du désert lui bonit : « N'aies pas le trac,
Je ne becqu'te jamais les bestiaux à la manque;
Tu peux te barrer en loucedé.»
Ce bobard ne fut pas paumé,
Car le lion, comme une baluche,
En décarrant de son côté,
Fut gaulé dans un filetmuche
Que les truands avaient planqué.
Il fit tant de bousin, riboulant des callots
Que le rat gambergea, et radina d'auto,
Lui bavant: « mon poteau, tu gueules pour des figues;
Au lieu de t'esquinter, laisse opérer mézigue.
Et cinq broquill's après, le lion put se triquer,
Le rat, de ses chocottes, ayant tout chanc'tiqué
En boulottant toutes les mailles.
moralité
Combine et système D
Font plus que pétard et rouscaille.

 

Jean de la Fontaine

 

 

 

 

 

 

 

Share

Quelques phrases de Woddy Allen résonnent encore à mes oreilles ... Alors, je vous les livre :

La vie est une maladie incurable, sexuellement transmissible
La masturbation, c'est quand on fait l'amour avec quelqu'un qu'on aime bien
Si je fais bien l’amour, c’est que je me suis longtemps entrainé tout seul
Je lui ai demandé si elle avait quelque chose de prévu samedi soir et elle m’a répondu qu’elle allait se suicider. Je lui ai alors demandé ce qu’elle avait de prévu pour vendredi soir

Enfin, parlant de son rapport à la psychanalyse ...

For one more year, I'll keep the psy, then I'll try the priest

Woody Allen

 Si vous en avez d'autres de la même veine, soyez gentils de les poster dans les comments.

Share

Cigarette sur le sol

Une très triste nouvelle - à prendre avec toutes les réserves qui s'imposent - pour tous les dignes porte-drapeaux de l'interdiction de fumer.

Les non-fumeurs (même ceux qui ne respirent que de l'air pur) seraient également mortels. Ils ne jouiraient donc pas d'immortalité. Cela est d'autant plus épouvantable que cela toucherait également les non-buveurs et les abstinants sexuels.

Dans l'attente d'une vérification de cette information qui, si elle s'avèrait confirmée, bouleverserait la donne, je leur adresse, avec empathie et grande tristesse, toutes mes condoléances anticipées.

Share

Résistance au CPE

Un visiteur du site ? m'a mailé hier 2 liens qu'il conseillait fortement d'écouter ... Ne sachant pas du tout de quoi il s'agissait mais, mû par la curiosité, j'ai tout d'abord regardé la courte vidéo QuickTime puis, dans la foulée, ai écouté le mp3 d'une émission radiophonique dont on peut également charger la transcription. 

Résultat des courses ? une sacrée claque positive. Ces documents sont absolument édifiants et méritent vraiment qu'on y consacre ce moment.

Sur la courte vidéo, dont le titre est "résister, c'est créer, créer c'est résister" - ce qui me parait être la formule de Gilles Deleuze (lettre "R comme résistance" de son abécédaire), on entend de Grands Résistants comme Raymond Aubrac, Stephane Hessel etc. - il y a 13 signataires dont l'honorabilité est indiscutable - qui expliquent pourquoi il est capital de résister pour garder les acquis sociaux et faire avancer le schmilblick ... un ange passe !
Enfin, le mp3 "le CPE, une antidote au chômage des jeunes ?" est une émission de radio "des sous ... et des hommes", de Pascale Fourier, sur Aligre FM 93.1, où cette gente dame interroge Gérard Filoche, inspecteur du travail, sur le CPE. L'homme est autant humaniste que calé sur la législation et je me suis pris un cours magistral sur le CPE, CNE, CDD et CDI que je vous invite fortement à suivre.

Si après cela, vous ne sortez pas dans la rue pour signifier aux gouvernants un "ASSEZ" franc et massif, c'est probablement que votre cas est desespéré et que seul, l'ingestion de 6 bouteilles de Bourgogne, cul sec,  pourrait vous rapprocher de l'état d'être humain !

Vous n'aurez pas nos rêves avec le CPEBravo à la jeunesse dans la rue qui mérite toute notre admiration, notre tendresse et notre soutien. RESISTEZ ! causez, brassez, agissez, aimez ! sinon c'est très mal barré, très glauque et en plus, vous creverez en vous étant fait chier la vie. Alors, tant qu'à faire ... mourir pour mourir ... autant se faire plaisir avant !

Regardez-moi, je suis né pour me faire plaisir ! Et ça le fait pas trop mal. Je suis la réalisation de la plupart de mes rêves !  ;-)

PS. Une petite invitation ... Allez écouter sur le site un très court extrait vidéo de Yeshayahou Leibowitz, un grand penseur, aujourd'hui décédé, qui explique que, dans certains cas, l'insurrection est un devoir ... Ça va dans le même sens que la vidéo de Deleuze "R comme résistance" .... Tisser des liens - donc, de résistance. A quoi ? à  la connerie, bien sûr.

Share

CPE

On n'y comprend rien. Mais alors, rien de rien de rien du tout. 

Tous ces gens qui sont dans la rue, ces parle menteurs qui s'indignent au micro de l'Assemblée Nationale en gesticulant comme de vieux rockers qui auraient fait un mauvais trip il y a trop longtemps. Les autres, dans les miss hic, se marrer devant les lappes suce de de (non je ne bégaie pas - pas ma faute s'il est noble) Villepin.
Avant, on voyait les gens courir le dimanche, faire leur jogging. Maintenant, tous les jours, on voit la police courir avec les jeunes. Ils n'arrêtent pas de nous montrer ça en boucle, à la télé. Ça doit être un nouveau programme d'entrainement sportif de la police de proximité pour se faire aimer de la jeunesse. J'y comprends rien. Et puis, on voit des objets hétéroclites voler d'équipe en équipe. Parfois, quand un jeune rate, ça vient s'écraser sur un bouclier. Rien. J'y comprends rien. Je ne comprend pas pourquoi tous ces gens gueulent si fort. J'ai même entendu un ministre - je crois celui qui s'occupe des Ecoles et de l'en saignement supérieur ... Gilles de Rot Bien ou quelque chose comme ça, dire, de façon assez méprisante et faussement décontracte, que les jeunes ne savaient pas chanter et que c'était dommage... On n'apprend pas l'art lyrique au bahut ou à la fac, que diable. Au mieux, la musicologie quand on ne joue pas trop top. Enfin, moi j'suis dépassé. Par le présent. Et puis on parle des cas soeurs. Alors là, je ne comprends rien du tout. Pourquoi pas des cas frères ? cas pères ? cas mères ? Les frangines, qu'est-ce qu'elles viennent foutre là dedans ? Tout ça pour quoi ? Je vous le demande Emile ? A moins que les grévistes soient des casse heures ! mais normal puisqu'ils sont en grève. Tant d'agitation pour un CPE auquel, jusqu'à tout à l'heure, je ne comprenais rien.

Alors, ne voulant pas mourir con et, de l'air gaz - de guerre lasse, j'ai tapé dans Google CPE et voilà ce sur quoi je suis tombé... véridique. La photo n'est pas truquée. CPE pour Canine Performance Events - ce qui signifie (pour ceux qui ne parlent pas la langue de j'expire) - Concours pour Chiens ... qu'on court pour chiens...
Ça me rend dubitatif, méditatif, contemplatif, vervatif, explotif, hilartif ! Concours pour chiens, y'a vraiment pas d'quoi fouetter un chat !

Mais, l'euphorie retombée, maintenant que j'ai compris, je suis triste parce que c'est grave de traiter les jeunes comme des chiens et de vouloir avoir le pouvoir de les domestiquer. Comme j'écoutai distraitement un sociologue dire à la télé... l'esclave peut se révolter mais la domestication, pas bon. Vive la jeunesse hurle-je en prenant mes jambes à mon cul.

PS : Si cela n'est pas déjà fait,  écoutez sur moutal.net les propos de Gilles Deleuze, dans son abécédaire, ... lettre "R" comme "résistance".

Share

René Cousinier dit

Je n'ai jamais eu la chance d'assister à un one-man de René Cousinier mais, je me rappelle qu'il y a une vingtaine d'années, après un concert que j'avais dû donner à Paris, quelqu'un du public avec lequel je m'étais lié d'amitié, un véto, je crois, avait eu la gentillesse de m'offrir 6 cassettes des sketches de cet humoriste hors-norme dont un ami psy m'avait également dit qu'il avait été dans son cabaret écouter son spectacle, sans doute dans les années soixante-dix. Pendant un temps, j'écoutai ses sketches en boucle ... 

Voulant hier en faire écouter un florilège à ma compagne (qui, à mon grand dam, s'est d'ailleurs endormie !), j'ai ressorti les cassettes pour la première fois depuis des années ... et c'est la raison pour laquelle, revenu en premier plan de ma mémoire, une rapide recherche sur le web m'emmène à l'instant sur un excellent site lui étant consacré.
Un site comme on les aime, qui s'inscrit dans le meilleur du web, dans la générosité du partage de ce que l'on aime. Allez vite sur ce site. Parole de moumout I, vous ne regretterez pas le clic. Une goutte de mon verre de pinard vers le ciel avec a thousand and one thanks à son auteur.

Share

Caricature de Patrick Moutal, au lit, accompagnéLa fille du métro

{xtypo_dropcap}C{/xtypo_dropcap}'était une jeune fille chaste et bonne

Qui n'demandait rien à personne
Un jour qu'dans l'métro y'avait presse
Un jeune-homme osa je l'confesse
Lui passer la main sur les ... ch'veux
Comme elle était mignonne elle s'approcha un peu

Voyant le mouvement d'la d'moiselle
L'jeune-homme s'approcha de plus belle
Et comme dans son coeur tout de suite
S'éveille le démon qui l'habite
Il lui sortit soudain sa ... carte
Elle vit qu'y s'nommait Jules et d'meurait rue Descartes

Comme elle craignait pour ses robes
A cette attaque elle se dérobe
Mais sent quelque chose qui chatouille
Dans le dos elle se tripatouille
Et tombe sur une belle paire de ... gants
Que l'jeune-homme à la main tenait négligemment

L'métro continue son voyage
Elle s'dit ce jeune-homme n'est pas sage
Elle sent quelque chose de pointu
Qui d'un air ferme et convaincu
Tente de pénétrer dans son ... coeur
Un sentiment nouveau, doux espoir de bonheur

Ainsi à Paris quand on s'aime
On peut se l'dire en public même
Les amoureux n'ont pas d'scrupules
Dans tous les coins ils se bousculent
Et je crois même qu'ils s'en ... fichent
Car l'amour ouvr'les yeux aux gens les plus godiches

(paroles remises par Jean-Philippe Winter)

Share

Patrick Moutal, pape

Je suis un peu déçu. J'avais laissé allumé mon portable pendant les cours, pensant être appelé à une haute destinée, en tant que très simple Berger du Troupeau. J'avais reçu dans le plus grand secret plusieurs SMS à cet effet. Je ne pouvais rien dire. Ça coinçait un peu parce que j'étais juif mais Lustiger et le Christ l'étaient aussi. Ils durent se rendre à cet arguement irréfutable.

Quelle ne fut donc pas ma déconvenue quand j'appris, mardi 19 avril 2005, en plein cours de pédago, que Rat Singer m'avait devancé de quelques voix.

Je ne serai donc pas encore Moumout I et ne pourrai pas établir mes headquarters dans les caves du Vatican, à vider les trésors de vins de messe.

Mon plan était pourtant sans faille. J'aurais mis un an pour exploser l'Eglise, redistribuer ses richesses à tous les pov', marier tous les prètres, les homo, donner l'autorisation de fumer dans les églises. Bref, faire respecter l'Evangile selon Saint Mout. Je m'apprêtais d'ailleurs à m'auto-canoniser à coup de Saint Joseph.

Vous comprendrez sûrement ma déception. Ce n'est que partie remise. Le compte à rebours est amorcé. Il a 78 ans. Des voix, entremèlées de vaticanes cloches, résonnent dans ma tête. Elles me poussent à continuer cette Divine Lutte et me conseillent. Je les entends en permanence ces temps-ci. Des fois, elles s'interrompent pour me faire entendre de la divine musique indienne. Ah !, je dois m'arrêter de papoter maintenant car elles réclament toute mon attention mais, n'ayez crainte, je ne vous oublierai pas, amis, gardez dix vins au frais.

I failed. For a handful of votes. So, I won't be Moumout I, but will not abundon the fight for Supreme Power. Everything was ready for my nomination. Up to official text:

Annuntio vobis gaudium magnum; Habemus papam: Eminentissimum ac Reverendissimum Dominum, Dominum Moutalum. Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalem Moutal qui sibi nomen imposuit Moumout I

Ok, soon, my time will come. In the mean time, being fair-play, I wish him success. Show must go on.


Share