Get Adobe Flash player

Login / Register

mout_flyin_over_rouen_right_anim.gif

Search the site !

On line

We have 67 guests and no members online

Visitors


Today: 32
Yesterday: 46
This Week: 191
Last Week: 203
This Month: 425
Last Month: 1084
Total: 239505

AcyMailing Module

captcha

Register on the Site to get full access to its contents (audio and video archives) and to receive the monthly Newsletter!


Please, never publish mp3 and videos of the site on YouTube or the like

Vous trouverez ici tout ce qui ne rentre nul par ailleurs, tout ce qui n'aurait sa place dans aucun onglet.

Courage ! Il n'y a pas, dans Miscellaneous - qui signifie " divers " en anglais - de nombreux posts. Seulement une sorte de fourre-tout, de moutal-en-vrac.

C'était un très grand monsieur, décédé à plus de 90 ans, il y a quelques années. Un grand penseur israëlien. Un érudit. Bien que très respecté, connu et craint en Israël, ses prises de position assez radicales lui avaient causé pas mal d'ennuis avec la justice de son pays. Ces courts extraits sont tirés de 2 DVD d'entretiens "Itgaber".

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Share

Qui a dit qu'un troubadour ne savait que divertir ? Les réflexions de Brel me font des ggggggjjjjjzzz dans le cortex. A vous de les savourer.

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Share

Cet extrait du film d'Henri Verneuil de 1979 "i comme Icare" où Yves Montand joue le rôle d'un procureur, fait froid dans le dos est n'est pas romancé. Il s'agit d'une stricte reprise des expériences du Professeur Stanley Milgram, menées entre 1960 et 1963, au département de Psychologie de la Yale University, New-Haven, USA.

En 2009, une expérience similaire, a été menée en grande pompe sur la 2. Elle a fait l'objet de nombreux commentaires, assez souvent négatifs. Je vous invite à essayer d'en trouver l'archive vidéo sur le Web.

Je trouve ces travaux  bouleversants - dans tous les sens du terme - C'est un sacré plat de résistance pour la réflexion ... Pardon pour l'image, un peu déformée en hauteur ainsi que la synchro son/image qui laisse à désirer. Le discours et ce qui est véhiculé est définitivement ce qui prime dans cet extrait.

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Share

Sept icones de penseurs sont disponibles au téléchargement sous forme d'un fichier compressé en zip. Cliquez simplement sur le lien psy & penseurs.zip pour le télécharger. Je les ai conçu pour Apple Macintosh et ils sont compatibles System X. Ils ne pèsent que 205KB à charger. Faites-vous plaisir !

7 philosophers and psy icons are available for dowload. They have been zipped into 1 light file of 205KB. Click on the link psy & penseurs.zip to download. I made them for Apple Macintosh and they are compatible System X. Enjoy !

Psy et penseurs icones


Share

Douze icones divers, 3 icones de revolvers, 6 icones de votre serviteur, sont disponibles au téléchargement sous forme de 3 fichiers compressés en zip. Cliquez simplement sur les liens Miscellaneous.zip, Hand Guns.zip et Patrick Moutal.zip pour les télécharger. Je les ai conçu pour Apple Macintosh et ils sont compatibles System X. Ils ne pèsent respectivement que 381KB, 94KB et 209KB  à charger. Allez hop !

12 miscellaneous icons, 3 hand guns icons and 6 icons of your servitor, are available for dowload. They have been zipped into 3 light files. Respectively 381KB, 94KB and 209KB. Click on the links Miscellaneous.zip, Hand Guns.zip and Patrick Moutal.zip to download them. I made them for Apple Macintosh and are compatible System X. Download !

12 icones divers

Miscellaneous icons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 icones de revolvers !


revolvers icons

 

 

 

 

 

 

 

 

6 icones de l'adminomout


Icones de Patrick Moutal

Share

(Poème sans titre, publié 1629)

Assis sur un fagot, une pipe à la main,
Tristement accoudé contre une cheminée,
Les yeux fixés vers terre, et l'âme mutinée,
Je songe aux cruautés de mon sort inhumain.
L'espoir qui me remet du jour au lendemain,
Essaie à gagner temps sur ma peine obstinée,
Et me venant promettre une autre destinée,
Me fait monter plus haut qu'un empereur romain.
Mais à peine cette herbe est-elle mise en cendre,
Qu'en mon premier état il me convient descendre
Et passer mes ennuis à redire souvent :
Non, je ne trouve point beaucoup de différence
De prendre du tabac à vivre d'espérance,
Car l'un n'est que fumée, et l'autre n'est que vent.

 

Saint Amant (1594-1661)

Fumeur

 

Si vous désirez découvrir les oeuvres de Saint-Amant, elles sont disponibles gratuitement, en version numérique, sur le fabuleux site de la Bibliothèque Nationale. C'est cela aussi, le Net!

Share

Avec la capote Nestor
Tu n'es pas né, tu n'es pas mort

Coluche (1944-1986)

Coluche
Share
Le sourire (extrait)

Il faut prendre l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez les pauvres. Bon d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent mais il y a beaucoup de pauvres.

Alphonse Allais (1854-1904)

Alphonse Allais

Note de l'Admin, le 13 novembre 2010 :

Phrase magnifique s'il en est, qui résume en quelques mots ce qu'aucun cours de Sciences Po, ce qu'aucun Keith ou Galbraith (de prestigieux économistes), ce qu'aucun premier de la classe - vous savez - les donneurs de leçon qu'on voit à la télé ou qu'on lit - ceusses qui ont l'air d'avoir coincé un gateau sec dans leur oesophage, et qui ont oublié de le gerber - bref, ce qu'aucun auto-proclamé penseur, intello, philosophe, n'aurait jamais pu DIRE.

Toute notre civilisation repose sur cette phrase. Là où d'autres pondent des brouettes de bouquins, il le dit. Simplement. Sérieusement. Alphonse Allais nous permet de vérifier ce que je pense de plus en plus profondément, à savoir qu'il n'y a, sur cette terre, que les comiques qui soient réellement sérieux. Pierre Dac avait de qui tenir. Les autres, très imbus de leur personne, sont balayés dans la fausse de l'oubli éternel. La vision vient du comique. Pom Q

Share

Jean de la Fontaine

La Mort ne surprend point le sage;
Il est toujours prêt à partir,
S’étant su lui-même avertir
Du temps où l’on se doit résoudre à ce passage.
Ce temps, hélas! embrasse tous les temps:
Qu’on le partage en jours, en heures, en moments,
Il n’en est point qu’il ne comprenne
Dans le fatal tribut; tous sont de son domaine;
Et le premier instant où les enfants des rois
Ouvrent les yeux à la lumière,
Est celui qui vient quelquefois
Fermer pour toujours leur paupière.
Défendez-vous par la grandeur,
Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse,
La mort ravit tout sans pudeur
Un jour le monde entier accroîtra sa richesse.
Il n’est rien de moins ignoré,
Et puisqu’il faut que je le die,
Rien où l’on soit moins préparé.
Un mourant qui comptait plus de cent ans de vie,
Se plaignait à la Mort que précipitamment
Elle le contraignait de partir tout à l’heure,
Sans qu’il eût fait son testament,
Sans l’avertir au moins. Est-il juste qu’on meure
Au pied levé? dit-il: attendez quelque peu.
Ma femme ne veut pas que je parte sans elle;
Il me reste à pourvoir un arrière-neveu;
Souffrez qu’à mon logis j’ajoute encore une aile.
Que vous êtes pressante, ô Déesse cruelle!
—Vieillard, lui dit la mort, je ne t’ai point surpris;
Tu te plains sans raison de mon impatience.
Eh n’as-tu pas cent ans? trouve-moi dans Paris
Deux mortels aussi vieux, trouve-m’en dix en France.
Je devais, ce dis-tu, te donner quelque avis
Qui te disposât à la chose:
J’aurais trouvé ton testament tout fait,
Ton petit-fils pourvu, ton bâtiment parfait;
Ne te donna-t-on pas des avis quand la cause
Du marcher et du mouvement,
Quand les esprits, le sentiment,
Quand tout faillit en toi? Plus de goût, plus d’ouïe:
Toute chose pour toi semble être évanouie:
Pour toi l’astre du jour prend des soins superflus:
Tu regrettes des biens qui ne te touchent plus
Je t’ai fait voir tes camarades,
Ou morts, ou mourants, ou malades.
Qu’est-ce que tout cela, qu’un avertissement ?
Allons, vieillard, et sans réplique.
Il n’importe à la république
Que tu fasses ton testament.
La mort avait raison. Je voudrais qu’à cet âge
On sortît de la vie ainsi que d’un banquet,
Remerciant son hôte, et qu’on fit son paquet;
Car de combien peut-on retarder le voyage ?
Tu murmures, vieillard; vois ces jeunes mourir,
Vois-les marcher, vois-les courir
A des morts, il est vrai, glorieuses et belles,
Mais sûres cependant, et quelquefois cruelles.
J’ai beau te le crier; mon zèle est indiscret:
Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret.

Jean de La Fontaine (1621–1695) (Livre 8)

Share

De la force de l'imagination (Livre I, chap xx)

Nous ne commandons pas à noz cheveux de se herisser, et à nostre peau de fremir de desir ou de crainte. La main se porte souvent ou nous ne l'envoyons pas. La langue se transit, et la voix se fige à son heure. Lors mesme que n'ayans de quoy frire, nous le luy deffendrions volontiers, l'appetit de manger et de boire ne laisse pas d'emouvoir les parties, qui luy sont subjettes, ny plus ny moins que cet autre appetit : et nous abandonne de mesme, hors de propos, quand bon luy semble. Les utils qui servent à descharger le ventre, ont leurs propres dilatations et compressions, outre et contre nostre advis, comme ceux-cy destinés à descharger les roignons. Et ce que pour autorizer la puissance de nostre volonté, Sainct Augustin allegue avoir veu quelqu'un, qui commandoit à son derriere autant de pets qu'il en vouloit : et que Vives encherit d'un autre exemple de son temps, de pets organizez, suivants le ton des voix qu'on leur prononçoit, ne suppose non plus pure l'obeissance de ce membre. Car en est-il ordinairement de plus indiscret et tumultuaire ? Joint que j'en cognoy un, si turbulent et revesche, qu'il y a quarante ans, qu'il tient son maistre à peter d'une haleine et d'une obligation constante et irremittente, et le menne ainsin à la mort. Et pleust à Dieu, que je ne le sceusse que par les histoires, combien de fois nostre ventre par le refus d'un seul pet, nous menne jusques aux portes d'une mort tres-angoisseuse : et que l'Empereur qui nous donna liberté de peter par tout, nous en eust donné le pouvoir.

Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592)

Michel Eyquem de Montaigne
Share